Je ne trouve pas la motivation pour travailler : comment faire ?

Qui n’a jamais vécu cette scène ? Vous êtes devant votre ordinateur ou tout autre outil de travail, et il vous semble impossible de commencer le travail. Vous êtes perdu dans vos pensées et tout prétexte est bon pour ne pas commencer à bosser…

La motivation n’est pas quelque chose de fixe. On ne naît pas en étant une force de la nature toujours 100% au top ou un « perdant » incapable de rester concentré une heure par jour maximum.

Il y a des jours « sans » et des jours « avec ». Cela peut être des cycles plus courts (à fond le matin, lessivé à partir de 14h) ou longs (grosse motivation sur deux semaines, plus envie pendant une semaine).

Si vous n’êtes pas motivé pour travailler, il est important :

  • De se poser les bonnes questions pour comprendre pourquoi la motivation vous fait défaut ;
  • De changer votre cadre de travail pour apporter du renouveau ;
  • De se refixer les bons objectifs pour savoir dans quel sens aller.

En faisant cela, vous vous rendrez peut-être compte que les sursauts et les baisses de motivation ne sont pas aléatoires. Certains de vos comportements peuvent nuire, et d’autres la booster.

Suivez les astuces qui suivent dans ce guide et vous parviendrez à retrouver la motivation pour travailler davantage.

Faites une pause

Stoppez les dégâts ! Cela fait une heure que vous essayez en vain de vous concentrer sur une tâche et vous n’avez quasiment rien accompli. Vous avez peut-être même fini par stopper le travail pour chercher pourquoi vous n’avez pas envie de le faire et êtes tombé sur cet article.

En forçant, vous accomplissez l’inverse de votre objectif. Si votre état d’esprit n’est pas propice au travail, vous risquez juste d’éprouver une grande frustration et de finir la journée en ayant l’impression d’avoir perdu votre temps.

Prenez une pause et réfléchissez aux points qui suivent dans cet article. Une fois que cela sera fait, votre productivité redeviendra meilleure.

Parfois, enclencher la pause suffit.


Notre cerveau est souvent comme un petit enfant. Il veut ardemment un jouet et quand on lui donne, il le met de côté car cela ne l’intéresse plus. Il est possible que le seul fait de vous accorder une pause suffise pour retrouver la motivation.

Pas plus tard qu’hier, je n’arrivais pas à terminer un chapitre d’un livre que j’écris. J’ai fini par déclarer forfait et j’ai sorti mes deux chiennes dehors. Vingt minutes après, j’avais envie de rallumer mon ordinateur car la motivation était revenue et cette pause silencieuse avait fait germer de nouvelles idées à approfondir.

Assumez pleinement la pause

La pause doit être une VRAIE pause. Si vous bossez sur votre ordinateur et que votre arrêt équivaut à ouvrir un nouvel onglet pour regarder un site d’informations, elle ne vous procurera pas tous les bienfaits d’un arrêt radical.

Le mieux est de quitter votre poste de travail. Si vous travaillez en télétravail ou être entrepreneur, vous avez une grande liberté, pouvez éteindre l’ordinateur et partir un temps indéfini (voire arrêter votre journée).

Si vous êtes salarié, allez aux toilettes, prenez votre temps dans le couloir et arrêtez-vous boire un café. Personnellement, j’ai toujours aimé respirer l’air frais en faisant un petit tour dehors.

Seule une grande tranquillité permet de recharger vos batteries. Si la pause a été fructueuse, vous revenez au travail avec une motivation retrouvée. Si ce n’est pas le cas, pas de panique, j’ai encore de bons conseils pour vous !

Revisualisez vos objectifs et changez-les si besoin

Sans pilote, une formule 1 va dans le décor. Votre rôle en tant que pilote de votre travail est de savoir où mener votre bolide (votre cerveau).

Dans le milieu du travail, mais aussi personnel, la fixation d’objectifs demeure la meilleure technique pour se motiver.

Bien souvent, quand vous vivez une phase de démotivation, c’est parce que vous n’avez pas un projet qui vous intéresse ou que vous ne savez pas réellement ce que vous devez prioriser pour la journée.

Formulez des objectifs. Je vous recommande de toujours avoir des objectifs à long terme (plusieurs années), à moyen terme (quelques mois ou une année) et à court terme (mois ou semaine en cours).

En tant qu’éditeur de site web, j’ai ainsi un objectif financier à long terme, plusieurs sur l’année accompagnés de choses à accomplir (ex : développer ce site internet afin qu’il génère au moins 15 000 visiteurs par semaine fin 2020, terminer la rédaction de mon premier livre..) et encore plus à court terme.

Cette semaine, mes objectifs sont de créer trois nouveaux sites et de commander vingt textes pour chacun, d’écrire deux billets de blog sur ce site, d’acheter une vingtaine de publicités pour l’un de mes sites dans l’univers canin, de paramétrer le suivi des statistiques sur les sites lancés en octobre…

travailler avec plus de motivation

Ce découpage permet d’avoir une vision sur le très long terme traduite en objectifs à moyen et court terme.

Pour les objectifs quotidiens, je me fais mon planning de la semaine le dimanche matin et procède à quelques ajustements chaque soir. Ainsi, le matin, quand je me mets sur mon ordinateur, je sais où je souhaite aller.

Cette planification prend du temps, mais augmente votre productivité de manière conséquente et combat efficacement le manque de motivation.

Si vous faites déjà cela et que le planning ne suffit plus à vous motiver, vérifiez que le document est clair, précis et faites le point sur vos objectifs. Sont-ils encore d’actualité ? Il est légitime de se le demander car ils devraient normalement être l’essence qui fait marcher votre moteur.

Comment j’ai ajusté mes objectifs en 2019…


Cette année, j’ai connu deux gros manques de motivation.


Le premier est presque positif puisqu’il est survenu quand j’ai atteint mes objectifs financiers annuels… en septembre. J’ai donc tout simplement revu mes chiffres à la hausse en me mettant une carotte qui justifie ce changement : si je réalise ce nouvel objectif élevé, je m’accorde une semaine touristique à Paris avec ma femme au printemps.


L’autre manque de motivation est apparu récemment. J’ai de plus en plus de mal avec le niveau des informations sur le web (articles inutiles voire faux, contenus sans rapport avec le titre…) et je dois avouer que plusieurs de mes sites participent à ce désastre en étant de piètre qualité.


J’ai donc recentré mes activités en éliminant certains projets que je jugeais non qualitatifs pour en créer d’autres, parfois moins rémunérateurs, mais dignes ce à quoi j’aspire.

Attaquez le procrastinateur qui est en vous

Maintenant que tout est clair dans votre tête, il est temps de tuer toutes ces manies qui gâchent votre productivité.

Si vous travaillez comme moi sur l’ordinateur, elles se comptent par dizaines : les réseaux sociaux, les sites d’actualité, les sites de streaming, les messageries instantanées, la consultation frénétique de la boite mail, la musique et les podcasts…

Soyez honnête avec vous-même et relevez durant une journée toutes les choses qui ne sont pas importantes et que vous faites pourtant souvent. Puis, bannissez-les.

ASTUCE : Améliorez-vous de jour en jour !

Ces habitudes sont néfastes, mais comme le tabac, il est très difficile de les arrêter. Il est possible que votre motivation pour les stopper vous fasse également défaut. Vous vous dites que vous n’allez plus aller sur Facebook et deux heures après, vous regardez le profil d’un ami d’un ami… Oui, cela nous arrive à tous.


Pour débuter, fixez des périodes où vous vous interdisez formellement ces activités contre-productives.

Par exemple, pendant que je rédige cet article, j’ai déconnecté ma connexion 4G afin que je ne puisse pas aller sur le web à la suite d’une petite pulsion de procrastinateur.


Ces petites coupures ont le don de casser votre allant et de ruiner la qualité et la quantité de votre travail !

Reposé, fixé sur vos objectifs et débarrassé des parasites, vous voilà prêt à travailler avec motivation.

ET SI CELA NE MARCHE TOUJOURS PAS ?

Il ne suffit pas d’installer l’orchestre sur scène pour avoir une belle musique… Il est possible que les premières étapes ne soient pas suffisantes pour vous motiver. Dans ce cas, vous pouvez tester des changements dans votre cadre de travail.

Ces petites modifications peuvent renverser la tendance. Elles ne sont pas forcément possibles sur la durée (ex : travailler la nuit), mais le renouveau apporté provoque souvent un regain de motivation.

Changez d’environnement de travail

Tous les jours, vous vous asseyez sur la même chaise au même bureau à la même heure. Vous débutez par la même tâche avec le même collègue en face de vous. Cela fait désormais deux ans que ce scénario arrive quotidiennement et depuis peu, vous vous demandez pourquoi vous manquez de motivation sans raison particulière ?

J’ai envie de vous dire : « Mais, comment cela se fait-il que vous ayez mis 2 ans à vous ennuyer ?! ».

Dans toutes les strates de votre vie, vous avez besoin de changements réguliers et le travail n’est pas différent.

Si vous manquez de motivation au bureau, pourquoi ne pas essayer le télétravail ? Et si vous bossez depuis votre domicile, pourquoi ne pas tenter une semaine de co-working ?

Parfois, des changements mineurs sont également efficaces. Chez moi, passer de mon bureau à mon fauteuil dans la bibliothèque peut faire des miracles quand je n’arrive pas à travailler.

Il est aussi possible de procéder à des modifications plus profondes. Si vous avez la possibilité de bouger, allez travailler dans un parc ou prenez votre voiture et partez sur deux jours dans une autre ville. Oui, c’est radical, mais comme cela fait du bien et vous rebooste !

De nombreux écrivains éprouvant des difficultés à trouver l'inspiration choisissent de s'exiler pendant quelques semaines et cela fonctionne très bien.

attitude positive pour travailler

Décalez vos horaires de travail

Cette technique marche très bien chez moi. Travaillant seul, j’ai régulièrement des difficultés à subir le 9h – 17h habituel que l’on connaît dans les métiers de « bureau » en France. En effet, quel est l'intérêt de se laisser la possibilité de décider si c'est pour faire la même chose qu'hier ?

Avec l’expérience, j’ai constaté que quand la démotivation m’assaille la journée, le mieux est souvent de stopper les dégâts, de profiter de ma journée avant de retravailler le soir. J’ai parfois une excellente productivité quand je fais du 20h – 0h. Dans la même optique, travailler le week-end me réussit bien.

Donc, si vous avez la possibilité de décaler vos horaires, n’hésitez pas à le faire. Le simple changement de vos habitudes peut apporter une nouvelle motivation.

Mieux, comme vous aurez l'impression de sacrifier une partie de votre temps libre pour rattraper vos manquements de la journée, vous aurez deux fois plus de motivation.

Trouvez un partenaire pour bosser

La solitude a des avantages considérables quand il est temps de travailler. Le calme favorise la concentration et un travail prolongé.

Néanmoins, si vous travaillez tous les jours seul, la situation devient parfois difficile et l’ennui s’accompagne d’un manque de motivation.

Pour cette raison, il est toujours positif d’avoir un partenaire régulier pour travailler. Cela peut prendre deux formes :

  • Vous travaillez sur un projet ensemble ;
  • Vous travaillez côte-à-côté sur deux projets distincts.

Vous pensez peut-être que cela ne changera rien ? Essayez !

Concentrez-vous sur des tâches simples pour quelques jours

Quand le sommet semble impossible, montez au moins jusqu’au premier refuge. Dans tous les travails, il y a des tâches qui nécessitent une grande réflexion et d’autres plus faciles. Si vous êtes fatigué ou que l’envie d’accomplir les missions plus dures n’est pas là, passez en mode robot. Dédiez vos prochaines heures voire toute la journée à des choses simples.

Pour continuer avec les exemples personnels, j’ai au quotidien des missions qui requièrent de la réflexion comme la rédaction de ce long article ou celle d’un livre en cours. Mais, j’ai aussi des tâches faciles et idéales quand je ne suis pas motivé comme de trier des mots clés sur un fichier Excel, modifier des bannières publicitaires sur mes sites, publié des articles rédigés par des rédacteurs externes…

Quand je fais ces tâches, je peux en même temps écouter un podcast ou même regarder un film. Étant occupé, la motivation n’est même plus une question d’actualité : j’avance sur des missions utiles et faciles sans avoir l’impression de réellement travailler.

n'abandonne pas

Étudiez les avancées de vos concurrents

Quand le chasseur arrive avec son fusil, le lapin n’a pas le choix : il court pour sauver sa vie. Étudier ce que fait votre concurrence est vital pour votre business, même si malheureusement, nous avons tous tendance à ne pas le faire assez souvent.

Votre manque de motivation est le moment idéal de le faire. Première raison, ce travail change de vos habitudes et bien souvent, en regardant un site web concurrent, ses tarifs ou ses publicités, vous faites un effort minime qui sied à votre état de motivation.

Deuxième raison, si vous voyez que votre concurrence progresse, c’est le bon moment de vous mettre un coup de pied aux fesses pour faire mieux qu’aujourd’hui.

Troisième raison, les offres de votre concurrence et ses méthodes de travail peuvent vous inspirer.

Or, il n’y a rien de mieux que l’inspiration pour travail. Il m’est parfois arrivé d’être fatigué, d’étudier un site concurrent car je ne souhaitais pas faire les tâches prévues et de me retrouver avec un second souffle prolongeant ma journée de travail de plusieurs heures et continuant les jours suivants !

Formez-vous à de nouvelles techniques

La formation a les mêmes avantages que l’étude de la concurrence. Elle apporte de la fraîcheur dans votre activité, vous donne des idées d’application et améliore vos compétences.

Mieux, quand elle n’est pas faite en autodidacte, vous pouvez voyager un peu et/ou rencontrer de nouvelles personnes.

En temps normal, je conseille toujours d’inclure dans son planning un créneau hebdomadaire dédiée à la formation. Si vous connaissez un coup de moins bien concernant votre motivation professionnelle, incorporez davantage de formation à votre planning.

Si vous êtes salarié, proposez à votre employeur que vous fassiez une formation pour maîtriser un nouvel outil ou apporter d’autres compétences dans vos missions actuelles.

Si vous travaillez seul, achetez quelques ouvrages dans votre secteur d'activité, lisez-les et réfléchissez une application possible pour votre business.

Analysez les raisons profondes éventuelles

Le « bore-out » est un terme qui est de plus en plus courant. S’il n’est pas aussi problématique que le burn-out, il peut déboucher au fur et à mesure sur cette condition.

Le « bore-out » n’est pas utilisé pour une personne qui s’ennuie parfois au travail, mais pour une personne qui est mal à l’idée d’aller au boulot tellement elle a l’impression de perdre son temps et de servir à rien. Si c’est ce que vous vivez, je recommande de démissionner. Aux grands maux les grands remèdes.

Je sais que beaucoup de personnes ont l’impression qu’elles sont obligées de garder leur emploi, mais c’est faux. Rien ne justifie d'être mal constamment au travail, une occupation que vous faites tous les jours durant les heures où vous êtes le plus en forme...

Le « bore-out » peut être l’expression d’un mal-être plus profond. Si vous avez des soucis avec votre femme, que vous ressentez des difficultés à élever vos enfants ou que le poids toujours plus gros qui s’affiche sur votre balance vous déprime, vous ramenez sûrement ce bagage émotionnel sur votre bureau.

Dans ce cas, la seule solution qui existe est de réfléchir honnêtement aux tracas que vous avez dans votre vie et d'analyser leur impact sur le travail. Puis, vous devez mettre en place des corrections pour aller mieux et votre bien-être retrouvé rejaillira sur votre motivation pro.

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire