Pourquoi vous devez absolument oublier les 35 heures en étant entrepreneur ?

Pendant plusieurs années, j’ai été salarié et donc, restreins à des horaires décidés par mon employeur. Du 5h à 13h à la police, 7h à 19h en tant qu’intérimaire à Amazon puis du 9h à 18h dans une agence web, j’ai connu de nombreux créneaux.

Obtenir « ma liberté » en devenant entrepreneur est sûrement la meilleure décision professionnelle que j’ai prise. Mais, l’impact de ces années de salariat s'est longtemps fait sentir dans mes habitudes.

En tant qu’entrepreneur, la semaine de 35 heures ne veut rien dire. Pis, si vous partez avec l’idée que vous devez faire 35h, vous allez droit dans le mur. Cela concerne autant vos performances que votre bien-être.

Démontons ensemble le mythe des 35 heures quand il s’agit d’entrepreneuriat.

La durée légale : on sait tous pourquoi elle est utile

Tout d’abord, commençons par la base : je suis absolument pour une durée légale de travail pour un salarié.

35 ou 40 heures m’importent peu, l’essentiel est qu’un patron ne puisse pas exiger une durée de travail considérable car la loi l'encadre (même les heures supplémentaires sont limitées quantitativement).

Un job à 35 heures, tu as d’autres blagues comme cela ?


Oui, je sais : certains employés se retrouvent quand même à faire 50 heures alors que leur contrat est de 35h.

 C’est un autre débat que je clôture vite en vous disant : si vous acceptez de travailler gratuitement, pourquoi votre patron ne vous encouragerait-il pas à le faire ? L’éthique et les valeurs, beaucoup s’en moquent…

Salarié ou entrepreneur, fixez vos limites et faites-vous respecter professionnellement.

Cependant, en tant qu’entrepreneur, vous devez vite vous détacher de vos anciens droits et devoirs. Tout a changé et se fixer un temps de travail arbitraire n’a pas lieu d’être !

Vos résultats dépendent en partie de votre travail

En tant qu’entrepreneur, limiter ses horaires équivaut à limiter ses revenus.

Il n’y a pas besoin d’être un pro des maths pour comprendre que si vous vendez 35h de prestations à des clients ou 50h, vous ne gagnerez pas le même revenu à la fin.

Il est très rare en début d’activité de se limiter à 35h. Mes premiers mois, je tournais davantage entre 45 et 60h avec l’idée de créer des process pour gagner du temps plus tard et mettre en place des revenus passifs.

En effet, dans mon son secteur (édition de sites web), il est possible facilement de générer des revenus dits "passifs" qui reviennent tous les mois même si vous ne travaillez plus sur le projet. Exemple : vous travaillez 100 heures en deux semaines sur un site, puis au bout de quelques mois, il devient visible sur les moteurs de recherche et commence à générer du chiffre d'affaires durablement sans le changer.

Ne regardez pas votre temps passé, regardez vos objectifs et faites ce qu’il faut pour les obtenir. 

De plus, vous vous rendrez également compte du temps fou que vous allez perdre au départ dans les démarches avec les administrations, la comptabilité, la banque… Faire 35h à ce moment de votre parcours équivaudrait donc à travailler bien moins.

En 2007, Nicolas Sarkozy avait réussi à faire le buzz avec son slogan « Travailler plus pour gagner plus ». Vos débuts dans l’entrepreneuriat vont dans ce sens.

travailler plus pour gagner plus

Vos revenus devenant davantage liés à votre volume d'heures, se limiter à 35h n'a a aucun sens.

Ne confondez pas temps de travail et productivité

Si vous avez été salarié, vous savez pertinemment que durant votre temps de travail, votre niveau d’attention et de performance n’était pas linéaire. Combien de personnes mettent au moins trente minutes à retrouver la marche avant à la suite de la pause du midi ?

Si vous faites cela en étant votre propre patron, vous vous tirez une balle dans le pied et vous perdez votre temps. Le temps étant ce que vous avez de plus précieux, apprendre à le gérer est une compétence importante à développer.

Être assis 35h sur votre fauteuil de bureau et travailler 35h sont deux choses complètement différentes.

C’est la raison pour laquelle j’essaie de vous donner un maximum de conseils sur ce site pour améliorer votre productivité et votre gestion du temps de travail.

N’oubliez pas également, qu’à moins d’être un monstre, vous ne pouvez pas tout le temps être efficace si vous faites des journées marathons. Les gens qui disent fièrement qu’ils bossent 80 heures par semaine, je ne les envie pas et je me dis plutôt qu’il y a des failles quelque part.

Chaque heure de votre temps de travail doit être travaillée !

Vous n’êtes plus un employé 9-17h

Pourquoi devriez-vous conserver des horaires dignes d’un salarié alors que vous ne l’êtes plus ? Qui vous empêche de commencer le travail à 6h si vous avez des insomnies, de finir à 16h car vous n’êtes plus motivé ou de passer vos dimanches à faire la compta ?

Changer ce rythme est plus difficile qu’on ne le pense et j’éprouve encore parfois des difficultés. Pas plus tard qu’hier, j’ai passé une heure à me tourner les pouces car j’étais fatigué et n’arrivais pas à m’activer. Puis à un moment, j’ai enfin réfléchi : « Denis, tu fous quoi là ? Tu n’as pas de compte à rendre. Bosse ou repose-toi. »

Finalement, j’ai fait une journée en décalé. J’ai travaillé de 9h à 11h30, puis de 15 à 17h, j’ai profité du soleil pour tourner des vidéos dans l’optique de créer une chaîne Youtube avant de retravailler de 20 à 21h.

Se fixer un objectif de 35h est aussi contreproductif que de se limiter à des horaires de bureau.

La contrainte de la famille


Tout le monde a des obligations dans la vie qui vient limiter cette idée. Entre les enfants à amener à l’école, vos entraînements dans l’équipe de foot locale et la présence requise pour vos relations avec votre moitié et/ou amis, vous ne pouvez pas toujours choisir comme vous le souhaitez vos horaires.


Mais, cela ne signifie pas que vous n’avez pas aucune marge de manoeuvre. Ainsi, si je m’oblige à manger avec ma femme tous les soirs, je reprends parfois la route du bureau quand elle lit ou dort le soir et les week-ends.


À l’inverse, quand elle est au travail et que je ne trouve pas la motivation, il m’arrive de partir en promenade avec les chiennes car je ne suis pas obligé contractuellement à suivre des horaires…

Faire moins de 35h, il est où le problème ?

J’ai écouté le mois dernier une vidéo où un entrepreneur se disait confronté à un choix difficile pour lui. Après avoir travaillé durement pendant des années sur des revenus passifs, il gagne aujourd’hui bien sa vie. Sa motivation initiale a diminué et à chaque fois qu’il ne bosse pas la journée, il se sent comme le pire des fainéants et un affreux sentiment de culpabilité le ronge.

Il a donc le choix entre déprimer à cause de sa procrastination, se faire violence en travaillant davantage pour gagner quelques % de revenus en plus ou de casser ce cercle. Après plusieurs semaines d’errement, c’est ce qu’il a fini par faire.

Il a décidé de travailler uniquement trois jours par semaine et d’apprendre sur les deux autres de nouvelles compétences sans rapport avec son domaine de prédilection. Cela ne lui génèrera aucun revenu dans un premier temps, même s’il imagine déjà des moyens de monétiser ce futur savoir.

Mais, le plus important : c’est qu’il a compris que faire moins de 35h n’est pas un problème ! 

À vrai dire, vous devriez même en être fier. Gagner un salaire convenable (le "convenable" dépend d'une personne à l'autre) en travaillant moins est une idée que tout le monde adore et pourtant quand elle se réalise, on ne l'accepte pas toujours.

Oui, il est toujours possible de ne pas diminuer son temps de travail et de gagner un peu plus. Et vous savez quoi ? Il est même possible de travailler 80 heures hebdomadaires et d’exploser vos revenus. C’est à vous de voir ce qui importe dans votre vie.

ASTUCE : travaillez par cycles !

Si vous avez des contrats récurrents avec des clients, vous êtes engagé en partie sur vos horaires. Mais, si vous êtes davantage libre, je vous conseille de faire des cycles longs de travail.


Ainsi, quand un projet vous tient à cœur, vous êtes généralement surmotivé et capable de bosser comme un fou. Faites-le tant que cela ne nuit pas aux relations avec vos proches. Faites douze heures dans la journée si votre adrénaline vous permet d’être toujours efficace.


Puis, les semaines et mois où vous êtes fatigué et peu motivé, réduisez votre labeur. Ainsi, j’ai passé le mois de décembre à faire du 20 heures par semaine car je ressentais le besoin de freiner et de réfléchir en profondeur sur mes futures actions.


Travailler par cycle est l’idée la plus cohérente qui soit en termes de motivation car cette dernière fluctue toujours sur le long terme.

La liberté de votre temps de travail se répercute partout ailleurs

Terminons cet article sur le mythe des 35 heures et l’entrepreneuriat pour vous ouvrir les yeux sur d’autres domaines.

Je sais que certains gurus idéalisent l’entrepreneuriat. En réalité, vous faites face à des soucis inconnus pour un salarié avec une pression accrue et il y a une belle liste d'inconvénients qui fait que ce statut n'est pas réservé à tout le monde.

Mais, ces troubles sont récompensés par votre liberté.

En plus de vos horaires, variez votre nombre de semaines de vacances selon vos besoins. Si vous avez un métier réalisable en télétravail, profitez-en pour le faire depuis partout dans le Monde.

De même, choisissez enfin les projets qui vous tiennent à cœur. Dites non aux prospects et clients qui puent les problèmes à plein nez. Aucun chef n’est là pour plier sous les zéros du contrat.

Entreprendre et connaître le bonheur professionnel n’est pas une fable. Cela est possible si vous savez toujours quelles sont vos priorités.

Quant aux 35h, oubliez-les vite !

Nous serions ravis de connaître votre avis

Laisser un commentaire