un rédacteur web fait ses recherches

Rédaction web : faut-il déléguer ou tout écrire soi-même ?

Le SEO sans rédaction, c’est comme une voiture sans essence. Les contenus sont au cœur du référencement. Il est donc vital d’avoir du contenu en quantité et de qualité. C’est là que le premier dilemme survient. Que ce soit pour mes clients ou mes sites personnels, dois-je écrire moi-même ou sous-traiter la rédaction ?


J’ai fait rédiger près de 20 000 mots depuis avril. J’ai pu tester à la fois deux rédacteurs freelance et deux plateformes de rédaction (Texmaster et Redacteur.com), pour un total de 9 rédacteurs. Voilà ce que je retire de cette expérience.

Pourquoi écrire tous ces contenus SEO ?

Le constat est clair : le niveau des rédacteurs testés est très faible. Ils font des dizaines de répétitions, des fautes d’orthographe et les champs lexicaux sont pauvres. Les délais de livraison ont été peu respectés. Sur redacteur.com, malgré ma demande de recevoir des textes sous deux jours, certains me sont parvenus huit jours après sans aucune justification.
 
Quand vous écrivez vous-même vos textes, vous savez pertinemment ce que vous attendez : ton à utiliser, placement des mots clés, longueur de certains paragraphes, idées à faire passer. Or, si vous donnez tout ça à un rédacteur pour qu’il rédige un texte de 600 mots conformes à vos attentes, vous allez passer 20 min d’explications pour une rédaction qui vous aurait pris 40 minutes pour être parfaite (à vos yeux).
 
La rédaction web réalisée en interne est donc un gage de qualité (si vous avez une appétence pour l’écriture, évidemment).

Oui, mais quand tu es SEO, tu n’es pas rédacteur !

Pour un petit site, la rédaction d’un article de 600 mots/semaine ou l’insertion de 5 fiches produits ne prend que peu de temps. Mais qu’en est-il des plus gros projets ?
Prenons mon exemple, je souhaite lancer un nouveau site d’ici mi-janvier. Cependant, j’ai beaucoup de contenus à écrire (25 000 mots environ), plusieurs autres sites à gérer (contenus supplémentaires + liens à faire chaque mois), plus tous les autres projets que j’ai pour mon travail à l’agence. Même en écrivant vite, j’en ai pour 10 heures de recherches, 35 heures de rédaction, 5 heures d’intégration (optimisation des balises, insertion de photos). Cela représente 50 heures de travail, ce qui est considérable. Bien sûr, ajoutez à cela la création du site et la création des premiers liens.
 
Or, si je fais rédiger tous ces contenus, je peux tabler sur un vrai gain de productivité. Disons que je gagne 50% sur le travail de recherche puisqu’il va seulement prendre en compte la recherche des mots clés et la création des plans de rédaction (4 heures). Je ne rédige pas, mais comme l’illustre mon paragraphe précédent, un travail important d’optimisation est nécessaire pour obtenir des textes qualitatifs (6 heures) et l’intégration reste la même (5 heures). On arrive donc à un temps 15 heures.
 
Grâce à la délégation, les délais que je me suis fixé deviennent réalisables. De plus, si l’on faisait des calculs de rentabilité, le gain de temps, malgré une forte optimisation, rend la sous-traitance profitable. Je précise que je ne sous-traite plus sur les plateformes pour mes projets personnels. Vous pouvez facilement retrouver sur les forums, hopwork ou 5euros.com ces mêmes rédacteurs pour un tarif plus faibles. Personnellement, je prends généralement autour de 1.50€/100 mots, ce qui est une fourchette haute pour des rédacteurs étrangers (Maghreb, Madagascar) ou très basse pour du FR.

Au final, quelle est ma préconisation pour la rédaction web ?

Avec un site en main, la question ne se pose pas. Pour avoir de la qualité, écrivez tout vous-même. Si vous commencez à avoir plusieurs sites, le temps va vous empêcher de tout écrire. Il faut également ajouter que le temps passé à la rédaction est un temps que vous ne passez pas sur l’acquisition de liens, l’analyse des statistiques, l’amélioration de l’ergonomie, etc.
 
Un SEO n’est pas un rédacteur ! Si 80% de votre temps consiste à faire de l’écriture, il y a un problème sur votre dénomination…
 
Dorénavant, j’ai choisi d’écrire mes pages principales (accueil, articles de fond ou produits les plus vendus moi-même). Le reste, je sous-traite et j’optimise. Pour avoir un travail plus qualitatif, je donne les meilleures consignes possibles. Mes commandes comportent un mot clé principal, des mots clés secondaires, les sous-titres et le ton à utiliser + les idées à transmettre.

Cet article sur la rédaction web ne dit pas tout

Attention, cet article n’est que mon avis. En lisant cet article, j’imagine déjà certains rédacteurs français bondir au plafond. En effet, il existe de nombreuses personnes en France capables de très bien écrire et qui en font leur métier. Cependant, quand on voit les tarifs, 7/8€ HT les 100 mots, vous comprenez très bien que pour des petits projets où les revenus ne seront pas énormes, il est impossible de dépenser une telle somme et d’être rentable.
 
Pour 25 000 mots, vous arrivez à 2 000€ hors taxes, contre du 375€ pour un rédacteur moins compétent. La rédaction à ce tarif est possible pour peu d’éditeurs. Malgré tout, je la recommande pour les personnes se lançant dans un projet de grande envergure et voué à durer.
 
Une autre option pour économiser du temps est de recruter un rédacteur offshore et de le former. Vous allez mettre plusieurs heures à lui dire comment construire un texte SEO-friendly, mais si vous le gardez pour 100 000 ou 200 000 mots, l’investissement est vite amorti.
 
Enfin, autre solution, le spin. Je ne l’ai jamais pratiqué, mais certains retours que j’ai méritent une oreille attentive. Malgré tout, la technique est plutôt à privilégier pour des sites satellites ou apporter de la fraîcheur à un site existant, pas pour optimiser ses pages qui convertissent le plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *